decorarabesqueD2decorarabesqueG2

 Les piliers du pèlerinage

Le pèlerinage ne peut s’accomplir qu’en un temps bien défini et en un lieu précis. C’est pourquoi la sacralité spatiale et temporelle sont des conditions sine qua non pour la validité du pèlerinage.

Les piliers du pèlerinage :

Al ihram (la sacralisation)
Attawaf (la circumambulation)
Assa’y (la procession)
Al woqof bi ’Arafat (le stationnement)

Al Ihram

Al ihram (la sacralisation) : Il symbolise la pureté originelle à laquelle aspire le croyant.

Cela consiste en la formulation de l’intention du pèlerinage selon les divers rites instaurés par le prophète (sur Lui et Sa famille la Paix et le Salut), à savoir :

Al ifrad (unidirectionnel), c’est d'accomplir la sacralité du hajj seulement sans la ’omra (pèlerinage restreint).
Al qirane (bidirectionnel), c’est d'accomplir le hajj et la ’omra l’une étant pénétrée de l’autre, c'est-à-dire interdépendant.
At-tamatou’ (allégement), c’est d'accomplir la ’omra avant la sacralité du hadj, ce qui allège la pratique de sacralisation pour le pèlerin.

Al ihram s’effectue à partir du miqât (la halte de rassemblement). Plusieurs lieux sont définis, en fonction de la provenance du pèlerin. Ces lieux ne peuvent être dépassés sans état de sacralisation.

Al Jouhfa : Halte de sacralisation pour les pèlerins venus d’Égypte, du Maghreb, de la Syrie, de la Turquie ainsi que de toute personne en provenance du Nord ou Nord-Ouest de la Mecque. Notons que cet endroit se nomme actuellement Rabigh. Dhat ’Irq : Halte de sacralisation pour les pèlerins en provenance de l’Iraq ainsi que du Nord-Est ou encore de l’Orient.

Yalamlam : Halte pour les pèlerins qui viennent du Yémen ou encore de l’Inde. Dhou al Houlayfa : Halte réservée aux pèlerins en provenance de Médine. Elle se nomme aujourd’hui Abar Ali, (sur lui la Paix).

Qarn al Manazil : Halte réservée aux pèlerins qui viennent de Nejd, ainsi que pour ceux qui proviennent de l’Est.

Règles à observer durant le Ihram :

Avant même l’état de sacralité, le pèlerin devra :

Se purifier : prendre un bain rituel tel celui des grandes ablutions, se couper les ongles, se nettoyer les aisselles et le pubis, ainsi que de se parfumer.

Retirer ses vêtements et porter deux étoffes (obligatoire pour l’homme) sur les parties inférieures et supérieures du corps, quant à la femme, elle garde sa tenue vestimentaire habituelle sans impliquer une mode particulière.

Accomplir deux génuflexions, rak’at. Durant son état de ihram, le pèlerin devra faire la talbiya, appel d’imploration d'Allahazawajalb.

Il est cependant interdit au pèlerin durant son ihram :

De porter des vêtements cousus, c'est-à-dire qui prenne la forme des membres corporels,
de se parfumer,
de couper ses ongles et ses cheveux,
d’avoir des rapports sexuels ou une intimité sexuelle avec son épouse,
de se couvrir la tête, pour les hommes,
de témoigner en faveur d’un mariage ou même de contracter un pacte de mariage,
de cueillir des végétaux ou de déraciner des arbres ou encore de chasser ou d’égorger du gibier. Il faut préciser que la femme, quant à elle, ne pourra se couvrir ni le visage ni les mains.

En cas de transgression d’une de ces règles, le pèlerin devra :

Soit sacrifier (immoler) un ovin ou un caprin,
Soit jeûner trois jours,
Soit accomplir une expiation qui consiste en le fait de nourrir six pauvres.

At-tawaf

La circumambulation se fait autour de la ka’ba, le sanctuaire sacré à La Mecque. Il s’agit de sept tours en commençant dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. On débute par La pierre noire (al hajar al aswad), elle se situe au coin qui précède la porte de la ka’ba et, l’on termine à la hauteur de La pierre noire. Cette pratique symbolise le fait de remonter le temps à la source, Abraham, celui qui a reconstruit la ka’ba, le père du monothéisme, qui se trouve selon un hadith au septième ciel, afin de purifier notre croyance de toute ingratitude.

Le Prophète saws a dit : "La pierre noire provient du paradis et était plus blanche que la neige, jusqu'à que les péchés des polythéistes l’ont rendu noire(Rapporté par El Tirmithi).

La pierre noire est bénie ; cette bénédiction est issue de l’adoration, car celui qui la touche et l’embrasse par adoration envers Allah azawajalb et par obéissance au prophète saws, sera touché par la bénédiction découlant de la conformité de ses actes à ceux du Prophète saws. D’ailleurs, lorsque Omar radi allahu anhu embrassa la pierre noire,  dit : "Je sais parfaitement que tu n’es qu’une pierre, qui ne peut être ni bénéfique ni même néfaste, si je n’avais pas vu le Prophète t’embrasser, je ne t’aurais jamais embrassée." (Rapporté par Boukhari)

Toucher la pierre ou l’embrasser ou lui faire signe de la main constituant les premiers gestes de celui qui veut tourner autour de la Ka’aba dans le cadre d’un pèlerinage majeur ou mineur ou comme un acte cultuel surérogatoire.

Si on le fait de la toucher ou de l’embrasser est impossible, on peut lui fait signe de sa main et dire : " Allahou Akbar". D’après Ibn Abbas  radi allahu anhu, le Messager saws a fait le tour de la Ka’aba sur un chameau et chaque fois qu’il se trouvait devant l’angle, il lui faisait signe et disait : "Allahou Akbar." (Rapporté par Boukhari)

Quand le Messager d’Allahsaws arriva à La Mecque, il se présenta à la pierre et la toucha. Puis il passa à sa droite, pressa le pas pendant trois tours, puis marcha ordinairement quatre fois. (Rapporté par Mouslim).

Trois sortes de tawaff (Tour) sont à noter :

Tawaff al ifada (de la visite), piliers du pèlerinage,

Tawaff al qoudom (de salutation), acte surérogatoire,

Tawaff al wada’ (d’adieu), recommandé, sauf pour la femme qui est en période d’indisposition pour cause des menstrues. Il est primordial d’être en état de purification pour que le tawaff soit valide.

Il est permis à la femme qui devient indisposée ou en couches après avoir entamé l’état de consécration rituelle, d’accomplir tous les rites, exception faite du Tawâf et du Sa`î. Elle n’aura pas, ensuite, à faire le Tawâf d’arrivée, si elle fait la station à `Arafa. Elle attend la fin de ses règles ou de ses lochies pour se purifier et s’acquitter du Tawâf du déferlement et de celui d’adieu et accomplir le Sa`î du Hajj, si elle accomplit un Hajj du type ‘Ifrâd. Si elle avait l’intention d’accomplir un Hajj du type Tamatu`ou Qirân, elle n’aurait à accomplir que les rites du Hajj du type ‘Ifrâd et serait dispensée des rites des deux autres types du Hajj. Tout ceci au cas où elle ne serait pas purifiée avant la Station à `Arafa, sinon, elle pourra accomplir les rites des deux types.

Si elle fait la station à `Arafa, en étant purifiée, elle devra accomplir le Tawâf du déferlement avant son indisposition, de peur qu’elle ne retarde le Tawâf du déferlement jusqu’après la fin de ses règles.

Si elle accomplit le Tawâf du déferlement puis devient indisposée et si elle quitte La Mecque avant sa purification, elle sera dispensée de l’accomplissement du Tawâf d’adieu

La procession entre le mont de Safa et de Marwa est un des piliers du pèlerinage.

Il symbolise le parcours effectué par Hajar, radi allahu anha1, épouse d’Abraham radi allahu anhu, en recherche de moyens de subsistance pour son fils Ismaël, sur radi allahu anhu. Après tout effort, le croyant ayant pris les causes à effet remet sa confiance totale en Allah azawajalb. Pour être valide, se parcourt devra s’effectuer après le tawaff, ainsi que débuter sur le mont Safa vers Marwa, revenir à Safa et ainsi de suite jusqu’au septième parcours qui se terminera sur le mont Marwa. Notons que la purification des souillures mineures n’est pas une condition pour effectuer ce parcours. Il est recommandé, durant ce parcours, ainsi que durant le tawaff, de réciter le Coran, de glorifier Dieu, d’implorer Son pardon ainsi que de faire des invocations pour toutes et tous. Rappelons que les salutations du Prophète Mohamed saws y sont fortement recommandées, ainsi que sur Sa sainte famille purifiée, alaihisalam.

La station de Arafat (Wouqouf bi ’Arafat)

La station à Arafat est le pilier le plus important du pèlerinage. Le Prophète Mohamed saws ainsi que sur Sa famille purifiée, rappelle dans un hadith : "Le pèlerinage, c’est la station à Arafat." (Rapporté par l’Imam Tirmidhy).

Aïcha, radi allahu anha1, mère des croyants, rappelle que le Prophète saws a dit : "Ce jour, Dieu y délivre ses serviteurs de l’enfer". (Rapporté par Mouslim). L’enfer est la colère et l’éloignement d'Allah, comme le paradis serait la clémence et la proximité d'Allah azawajalb.

Le jour de Arafat est le neuvième jour du mois de dhou-el-hidja, celui qui précède le jour du sacrifice, ’aïd al-adha. Il symbolise le jour du jugement dernier, notre présence devant Allah azawajalb.

Arafat consiste en le fait de rechercher l’intimité d'Allah azawajalb et de Son Prophète saws en priant, invoquant, glorifiant Allah azawajalb et en faisant des salutations sur le Prophète sawset Sa sainte famille.

Sur le mont Arafa, le pèlerin accomplira la prière par regroupement des prières et allégement. Il priera le dohr et le asr, l’après-midi ensemble et de deux génuflexions (raka’at), seulement, il y restera jusqu’au coucher du soleil révolu.



Wa Allâhou A’lam

Allah azawajalb est le plus savant

Qu'Allah azawajalb nous protège tous contre le mal des mauvais caractères et des passions, il est certes celui qui entend les invocations, et c’est celui vers qui est l’espoir, il nous suffit et est notre meilleur garant.

band decoJe demande humblement à Allah azawajalb de m'accorder la sincérité dans l'intention et Sa Clémence et d'unir tous les musulmans 
sous la bannière du Prophète Mohammed saws afin que nous soyons parmi les gagnants le Jour du Jugement.

Copyright ©  2022 - L'Islam.com - La religion Véridique